fbpx

Mon avis sur Marie Kondo (et 2 coups de gueule !)

Chère lectrice, cher lecteur,

Marie Kondo m’énerve…

Elle a l’air vraiment parfaite…regardez cette photo.

Tout est beau, tout est propre, design, épuré, simple.

On dirait que tout est fait pour instagram…

En la voyant, on croirait presque que le désencombrement est une chose facile.

La réalité est bien plus complexe…

  • La plupart du temps, vous avez peut-être un proche « qui n’est pas très rangement ».
  • Vous avez peut-être des enfants qui ne comprennent pas votre démarche…
  • Vous ne savez pas comment faire le tri dans votre salle de bain…
  • Vous n’arrivez pas à vous déposséder de certains objets émotionnels qui vous pompent pourtant l’énergie.

Bref, ce n’est pas si facile !

Attention, Marie Kondo est une icône qui a fait du bien.

Elle a permis de populariser le rangement, qui permet plus de sérénité dans le corps, le cœur et la tête.

Mais j’aimerais vous dire une chose : ne vous mettez pas la pression !

N’essayez pas de lui ressembler tout de suite, maintenant.

Rangez pas à pas, acceptez votre imperfection et vos difficultés.

La course à la perfection n’a jamais rendu personne heureux.

C’était mon premier « coup de gueule »…

Mais restez, j’en ai un deuxième !

Le minimalisme n’est pas que le désencombrement

Aujourd’hui, on assimile facilement le minimalisme avec Marie Kondo et le rangement.

On l’associe à des intérieurs parfaits et designs comme ça…

Alors que le mouvement minimaliste est bien subtil que cela, vous allez voir…

Il se fonde en réalité sur 3 leviers :

  • Levier 1 : le besoin de se sentir bien chez soi : on va rechercher d’autres pratiques pour se sentir mieux en famille, dans son logement ;
  • Levier 2 : la consommation spirituelle : on a de plus en plus de recherche de soi, de sagesse, de sens. Cela explique aussi le succès des livres de développement personnel.
  • Levier 3 : la déconsommation, on se pose la question de l’accumulation d’objets pour des raisons économiques, écologiques. Il y a une volonté d’essayer de consommer mieux et de manière raisonnée = moins d’objets et plus de sens.

Vous voyez donc bien que le minimalisme est bien plus large que le rangement !

C’est ce que j’ai en tout cas identifié grâce à mes lectures et mes discussions avec mes amis minimalistes.

J’ai aussi beaucoup observé, ce qui m’a permis d’identifier 5 types de « personnalité » minimalistes très différentes.

J’aimerais vous les partager aujourd’hui.

Vous êtes certainement bien plus minimaliste que vous le pensez…

Même si vous n’êtes pas un pro du rangement à la Marie Konda.

Les personnalités que je vous partage n’ont rien de scientifiquement prouvé mais elles peuvent vous permettre de mieux vous identifier.

Lequel de ces 5 minimalistes êtes-vous ?

Plutôt sage, rebelle, « ras le bol », éthique ou économe ?

Je vous laisse découvrir.

Le minimaliste sage

Cet individu aborde la vie avec un profond sens de la spiritualité et de la sagesse.

Il veut s’assurer que tout dans sa vie est un moment qu’il peut apprécier et savourer.

Il apprécie la beauté naturelle et les articles de qualité.

Il sait que la seule façon d’être dans la gratitude est de ralentir et de faire attention.

Vous pouvez généralement les trouver en randonnée dans la montagne, assis en silence ou en train de savourer un repas en pleine conscience, soigneusement préparé avec des amis.

Le minimaliste rebelle

Cet individu est motivé par le désir contrer la culture matérialiste et le culte de la consommation.

Il voit son idéal minimaliste comme du militantisme. Il veut montrer comment la vie devrait être et veut pousser les autres à changer en étant un exemple.

« Sois le changement que tu veux pour le monde » disait Gandhi, cela pourrait être sa devise.

Vous pouvez le trouver vivant dans une tiny house, en parcourant le pays, profitant d’un style de vie nomade. C’est une personne qui suit vigoureusement ses passions.

Le minimaliste « Ras le bol »

Ce minimaliste en a tout simplement marre des tas d’objets et du stress dans sa vie.

Il a essayé la vie classique et en a assez d’être épuisé et entouré d’une tonne de choses qu’il ne veut pas et dont il n’a pas le besoin.

Ces personnes décident généralement de changer radicalement leur mode de vie, ce que leurs amis et leur famille peuvent ne pas comprendre pleinement.

Vous pouvez généralement les trouver en train de nettoyer les pièces de leur maison, de parler de réduction des effectifs et de Marie Kondo.

Ils sont aussi les premiers à vendre autant d’affaires que possible sur Vinted ou le bon coin.

Le minimaliste éthique

Cette personne se soucie beaucoup de la façon dont ses choix personnels affectent le monde qui l’entoure.

Ce genre de minimaliste souhaite prendre des décisions qui ont un impact positif.

Il a choisi ce style de vie pour réduire son impact sur l’environnement, économiser du temps et l’argent. Cela lui permet d’aider les autres. Il peut aussi se consacrer à des causes qui comptent pour lui.

Vous pouvez généralement le trouver en train d’organiser une réunion pour sa asso préférée, aller aux marchés locaux et acheter des articles éthiques.

On peut parfois même l’apercevoir entrain de cultiver son jardin.  

Le minimaliste économe

Cette personne voit combien le bien peut être accompli avec de l’argent.

Il voit aussi les sommes inutilement dépensées pour essayer de répondre à la demande constante de ses propres besoins. Fin psychologue, il sait identifié ses biais psychologiques pour dompter ses pulsions d’achats. 

Il souhaite être libre de toutes dettes et de toutes autres obligations financières afin de pouvoir vivre la vie de ses rêves et de donner aux autres.

Vous trouverez généralement ces minimalistes parlant de la dernière application de budgétisation, réservant des voyages en promotion et partageant avec vous leurs derniers dons aux associations caritatives (pour défiscaliser ! :p)

Le mot de la fin…

Peu importe le type auquel vous vous identifiez le plus, il est important de se rappeler que si cela vous apporte de la joie, cela vaut la peine de poursuivre.

N’abandonnez pas !

Rappelez-vous pourquoi vous avez choisi cette voie et avancez en sachant que vous faites la bonne chose pour vous.

Mais surtout, rappelez-vous que vous êtes très certainement un mélange de ces différents types avec une dominante.

Personnellement, je suis un peu un mélange des 5 types, avec une dominante sage et éthique.

Et vous ? Je suis curieux de le savoir !

Dites-le-moi ici en commentaire de cet article.

Je vous souhaite un max de JOIE !

Jean-Baptiste.

Adresse e-mail non valide

Jean-Baptiste

2 réflexions sur « Mon avis sur Marie Kondo (et 2 coups de gueule !) »

  1. Bonjour Jean Baptiste.
    Pour moi aussi sage et éthique… aujourd’hui . Car je crois que ce mode de vie et de pensée évolue avec l’âge… Le minimalisme est venu à moi avec ma recherche de plus de spiritualité. J’ai 52 ans mais il y a longtemps que j’agace un peu tout le monde dans ma sacro sainte (😊) famille ( que j’adore ) méditerranéenne ! 30 ans que je bassine mon entourage avec : faites attention à ce que vous mangez … Vous triez vos déchets ? Faites votre compost ? Vos enfants ont-ils BESOIN de 10 paires de baskets ? Pourquoi acheter tant de vêtements ? Les marques chères ne sont pas plus éthiques, non ! Vous avez lu tel livre , vu tel documentaire ?! Je voulais convertir sinon la planète au moins mon entourage à mes idées sur notre façon de consommer … et puis je me suis demandé si ce comportement était bien … non , car même si j’ai semé de petites graines (le changement de certains points s’est opéré quand même ) , c’est à chacun de mettre en route sa propre conscience … et j’ai commencé tranquillement sans le savoir à pratiquer les accords toltèques sans savoir ce que c’était… puis les rencontres au bon moment pour moi ( ce que l’on cherche nous trouve n’est ce pas ?) , le Yoga , la méditation, les lectures ( mais je me méfie de l’explosion de tous ces livres sur le développement ) , j’ai lu parmi mes livres repères “Les chemins de la sagesse ” , tout y est … voilà donc mon parcours minimaliste , parti de la rebelle qui en a ras le bol, passé par un souci d’économiser , adhérer à un sens éthique encré et accepter avec sagesse que chacun a le sens minimaliste qui lui correspond … merci pour cet article très intéressant, je vais vous lire régulièrement dorénavant… belke journée Sophie

    1. Bonjour Sophie, merci pour votre magnifique commentaire et bravo pour cette démarche constante pour “convertir” vos proches ! Je suis comme vous, je suis entré dans le minimalisme via le spiritualité, puis suis passé par différentes étapes (désencombrement de mon espace, zéro déchet…).

      Aujourd’hui, mon but est d’atteindre une certaine forme de sagesse, un alignement entre ce que je dis et ce que je fais. Écrire ces articles m’aident à m’informer et à me rapprocher de ce but 🙂

      Merci pour le conseil littéraire, de mon côté, j’apprécie particulièrement “Petit traité de la vie intérieure” de Frédéric Lenoir ou “Lettre à Lucilius” de Sénéque.

      Trés belle journée à vous,

      Jean-Baptiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page