fbpx

Philosophie Tiny House – Faut-il être fou pour vouloir vivre dans 13 m² ?

La Tiny House ou « Micro-maison » est un concept qui connaît un succès grandissant en France. Souvent construites avec une ossature bois et des matériaux écologiques, elles concernent des personnes qui veulent réduire leur impact environnemental, leur facture ou tout simplement vivre dans la nature.

Dans mon précédent article, je vous ai expliqué la genèse du mouvement des tiny houses, aujourd’hui, j’aimerais vous parler du concept Tiny House et de la philosophie Tiny House.

Autrement dit :

Pourquoi vouloir vivre dans 13 m² ?

J’ai habité à Paris pendant 6 mois et je payais un 23 m2, charges comprises, 730 €.

Autant vous dire que ce n’était pas cher pour Paris !

Je me souviens aussi de mon ami qui vivait dans 9m2 sous les toits pour 450€ ! Quand je dormais chez lui, c’était par terre…

J’étais très heureux de ne pas payer une nuit d’hôtel donc je ne disais rien…

…mais honnêtement, ce n’était pas confortable (ce soir-là j’avais oublié mon tapis de sol il faut dire !)

J’en déduis que vivre à l’étroit à Paris est « subi » à cause d’une raison principale : les ressources financières.

Ainsi, il peut paraître étrange que des individus disposant de ressources financières veuillent volontairement vivre à l’étroit.

Intéressons-nous à ces drôles d’oiseaux !

Qui achète des Tiny Houses ?

De nos jours, les Tiny Houses sont principalement achetées par les baby-boomers et les 25-35 ans.

Les baby boomers sont nés après la seconde guerre mondiale et commencent leur retraite, ils n’ont plus d’enfants à charge, plus de crédit et éprouvent le besoin de limiter leurs dépenses ou de vivre plus simplement.

De l’autre côté, les 25 / 35 ans (dont je fais partie) rêvent de devenir propriétaire sans s’enfermer pour un crédit de 25 ans, ne veulent pas d’enfants tout de suite et craignent une perspective économique instable. Dans mon cas et celui de beaucoup de mes amis, nous remettons aussi en cause le mode de vie consumériste et nous ressentons un besoin de nous rapprocher de la nature.

2 paires de chaussures et 7 slips, ça suffit !

Vivre dans une tiny house requiert un mode de vie minimaliste, notamment au niveau des vêtements.

Comme je dis souvent, « 2 paires de chaussures et 7 slips, ça suffit ! ».

Plus sérieusement, les français habitent dans 120 m2 en moyenne pour une maison et 60 m2 en appartement.

Or en Tiny, il faut tout caser dans 13 m2. Cela implique de trier, conserver que l’indispensable, le multifonctionnel, et faire un discernement pour le choix de chaque objet.

J’ai d’ailleurs fait un article sur comment je suis passé à un mode de vie plus minimaliste en triant mes vêtements. (à venir)

Mais l’idée générale est la suivante :

« Si nous pouvons nous passer de quelque chose 95% du temps, alors nous pouvons nous en passer tout le temps. »

Cette philosophie minimaliste permet de supprimer des choses inutiles voir des pièces entières.

Mylène, une des premières françaises à avoir habité en Tiny a même décidé de supprimer la chambre d’ami dans sa tiny :

« la chambre d’amis qui ne servirait que quelques nuits par an, nous préférons leur laisser notre lit (et passer ces quelques nuits sous la tente) »

Christine qui vit dans une tiny depuis Février 2017 dit de son côté « Ne garder que l’essentiel a été un exutoire »

La philosophie tiny house est de se satisfaire de l’essentiel, un « essentiel » qui peut différer selon les personnes.

Boris Kuffler, un lorrain de 43 ans fondateur du festival écolo La Remorque du Pat déclare avoir voulu garder sa TV :

« J’ai éliminé 4/5e de mes fringues. Tout ce que je ne portais pas plus d’une fois par an, je l’ai donné. En revanche, au cas où, j’ai quand même récupéré une télé. Mais je n’ai pas d’antenne. »

Au-delà des biens matériels, la philosophie tiny house, c’est réduire sa consommation énergétique.

boris kuffler tiny house
Boris Kuffler – Crédit image Le Républicain Lorrain

Une tiny house limite la consommation énergétique…et les tâches ménagères !

En vivant dans une tiny, on limite grandement ses dépenses énergétiques en gaz et en électricité. Le soleil réchauffe vite l’intérieur de l’habitacle (40 m3 environ) grâce à sa petite taille et les matériaux isolent bien.

Il suffit souvent de changer la bouteille de gaz une fois par mois (en hiver tous les quinze jours).

Logiquement, chauffer 40m3 est plus simple et plus rapide…

… tout comme ranger les objets dans 2 à 3 X moins de surface.

C’est une des raisons qui m’attirent le plus dans l’achat d’une tiny house. En tant que grand bordélique, j’ai beaucoup de mal à rester structuré, à ranger et faire ma lessive régulièrement. Je pense que la vie en tiny m’aiderait beaucoup à me discipliner sur le rangement.

Celle qui fait le plus sens pour moi reste la réduction de l’impact environnemental, un pilier fondamental de la philosophie tiny house.

Ils divisent par quatre leur production d’électricité (et leurs factures)

La tiny se faufile, telle un caméléon dans la nature. Pas de fondations à creuser, d’arbres à couper, d’animaux à écraser : la tiny limite les bouleversements dans la nature.

Concept des tiny houses
Getaway – location de tiny houses au Etats-Unis

Dans la version nomade, il suffit de poser discrètement les 4 roues, vous raccorder à l’eau et l’électricité et hop c’est parti !

Il y aussi une réflexion forte sur les matériaux, les tinies sont souvent bâties avec des matériaux écoresponsables, recyclables ou recyclées.

Certains vont même plus loin et veulent rendre leur maison totalement autonome !

Une tiny autonome – c’est possible ?

Et bien oui !

C’est qu’on essayait de réaliser Pierre-Alain Lévêque et Clément Chabot, deux ingénieurs du Low-tech Lab, une association sur les technologies low tech : « technologies qui permettent d’autoproduire son énergie, son eau potable, sa nourriture… Et en plus fabriquer toutes les machines nécessaires vous-même et pour pas cher. »

Après un périple en France pour découvrir les meilleures technologies low tech, ils ont décidé d’implémenter les 12 solutions retenues dans une tiny house !

Entre autres, le vélo générateur d’électricité, le chauffe-eau solaire ou l’eolienne Pigeott qui peut être auto construite à 100%.

Cela pourrait permettre de diviser par 4 la consommation d’électricité.

Vous pouvez suivre leur aventure sur youtube sur cette chaîne.

Low Tech Tiny House
Le Low-Tech Lab qui pédale pour générer de l’énergie

Grâce à ces techniques, c’est votre impact environnemental qui diminue mais aussi vos factures.

En habitant en tiny, on fait un moins gros emprunt (les prix oscillent entre 25 000€ et 40 000€), on paye moins sur toutes les charges tous les mois :

  • Électricité
  • Chauffage
  • Meuble
  • Habits
  • Taxe d’habitation

Ce qui fait un paquet d’argent à réinvestir pour vivre des expériences formidables, aider les autres, lancer son projet !

Le mot de la fin par Mylène

Au final, j’aimerais citer Mylène, une des premières à avoir habiter dans une tiny en France car son témoignage résume bien la philosophie des Tiny Houses : 

« le sentiment de vivre dans un cocon bien confortable, une luminosité incroyable, des charges minuscules, une ouverture sur l’extérieur qui nous pousse à nous installer dehors au moindre rayon de soleil, un emplacement de rêve dans la nature au pied des chemins de randonnée, avec vue sur le lac, où l’on peut cultiver notre potager. »

Premier habitant tiny house en France
Mylène et sa tiny house

Alors vous adhérez à la philosophie Tiny House ? Dites-le moi en commentaire !

Plein de bonheur !

Jib

Adresse e-mail non valide

Jean-Baptiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page